Terre secrète (1) d'après Caroline Issert

Publié le 22 Février 2014

La tornade
Pour l’endroit
Blanchit l’homme
Les oiseaux
Par le ciel
Pour l’envers
Suit de l’encre
Son écorce
Foule brune
Des saisons
Rail sans fin
Contre l’autre
Quand repasse
La lumière
Entre voûte
Niche rousse
Et créneaux
Points vibrants
Quel bouquet
Prend leur cœur ?

*

Nous ignorons le début du corps
Comme nous ne voyons pas l’impasse ou le jardin doré
Les mains
Voilà notre carte pour que le sang croise l’autre
Au nom des silhouettes mortes
Nous dessinons le souffle sur le sol profond
Parfois brillant
Parfois dans l’esprit du charbon de bois

Qu’avons-nous de personnel si rien ne vibre ?

Nous sommes la terre secrète
Serrure autour de notre parcours
Ses règles feuilletées par le temps
Nous l’équilibrons avec amour le soir face au cosmos
Le matin par la neige magique devenue fleur

La peau cache aussi notre âme
Pareille aux vagues fines de l’horizon

toile de Caroline Issert

toile de Caroline Issert

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0
Commenter cet article