L'ombre bleue du Palais idéal

Publié le 19 Octobre 2014

" Je n'ai vraiment vu le Palais idéal qu'à partir de ses affluents qui murmurent, de ses versants nordistes occupés par la mer, de ses taillis découpant les collines, inclinant leur pénombre à la fin ensablée vers la rivière Galaure au nom chargé de nuages ovales. Cet édifice délirant d'Hauterives n'a pour moi grandi en feuillets géologiques, en cartouches de glaise ou de cristaux que le jour où j'ai arpenté le territoire des galets brumeux, des blocs de grès sculptés par les tourbillons. Quand j'ai découvert les niches d'érosion dans les parois cassées des combes, quand j'ai ramassé du bois fossile, des boules de grès -ces toupies terrestres- j'ai vu son créateur Ferdinand Cheval se pencher sur le pays. A d'autres moments, arpentant les sentiers sur l'horizon reverdi des collines, j'ai voyagé vers ce monument lointain, cet élan beige et fou qui est un panneau incandescent pour l'amour, la solitude impossible à ceinturer, les éléments naturels consolant de tout, un travail arrachant des sédiments ressuscités à la patience, aux saisons de la terre ancienne. Que devient un rêveur sans l'avancée sculptée du sol ?

Portes secrètes autour du Palais, dans la liberté d'un mausolée ouvrant le paysage.

*

Ferdinand Cheval se souvient:

Une pierre a réveillé les glaces de mon tombeau

Un poing qui s'ouvre et rabat les saisons du quotidien

Poussant la neige à rêver d'une banquise en velours

Je marchais sous la colline et quelle crue m'a poussé ?

Un masque de sable a creusé le chemin du royaume

Je serais le chien qui garde son rêve avant la mort

Facteur piéton pour visiter le désert et la jungle

Facteur après le Sud la boulangerie africaine

La compagnie du cadastre en défiant les jours de grêle

Trente-trois kilomètres par jour me laissaient des songes

Rêver avant la fin de mon corps serait édifiant

Ma tête emportée par un élagage inventif

Pour conserver des fruits en or piéger des vallons bleus

Voici votre courrier disais-je en voyant mes façades

Ma grange aux millions de fleurs ma charpente en plein soleil

Amis vous ponctuiez mon parcours avec des adresses

Je vivais de partout avec les yeux de ma reine

Je répétais la pluie le dégel la canicule

Au milieu de ma vie j'ai passé la frontière folle

Butant sur une pierre hallucinée qui s'installa

Faisant sortir un bassin une niche une statue

Quel bijou sauvage dans un mouchoir vint apparaître ?

J'emportai l'oiseau pierreux l'éclosion d'un cercle beige

La nuit je retournais remplir ma brouette à l'envers

Travail vers ces tonnes repérées le long du chemin

Moi le tumulus délirant pour graver notre nom

Après mon fils ma fille et mes épouses silencieuses

J'édifierais mes tours barbares sur des cartes claires

J'allais creuser mon jardin mes rêves jusqu'à la mort

Crinière arrachée à la roche devenue si fine! "

( Extrait de L'ombre bleue de la pierre, p.1,2; ed Encres vives, 2012.)

Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne
Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne

Le Palais idéal de Ferdinand Cheval à hauterives (Drôme) en automne

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article