Regards du 6 avril

Publié le 7 Avril 2016

Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.
Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.
Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.
Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.
Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.
Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.

Photos prises par Régis Roux le 6 avril dans la Drôme des collines.

Ces arbres morts, ces creux dans le sable n'ont du vide que l'encre noire au moment où la terre endort quelques heures les oiseaux et les amoureux des collines. S'en approcher dans la lumière ouvre leur porte apparemment privée de sève, de source. On sait bien que le vent et les averses continuent d'écarteler leurs fibres. On n'ose imaginer leur coeur vermoulu. Mais l'image est présente afin de regarder je ne sais quel éclat différent le temps d'un passage. Certes on ne va pas plus loin. Demain la souche ou le bloc effondré seront près du sol qui les fera fondre; mais on aura bien reconnu l'envol d'un repaire infiniment tranquille avant tout déséquilibre. Sinon, pourquoi le jeune arbre à côté ou l'épaule claire du coteau, juste au-dessus, n'envahissent-ils pas notre silhouette au point de promettre l'éternité de la lumière ? Chaque rencontre minérale ou végétale est un anniversaire, un jour après la formule inconnue qui moule la feuille, les cristaux, jusqu'à la conscience d'aimer l'ombre apparue tout au fond d'une saison.

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0
Commenter cet article