MADAME DE SEVIGNE ou LA LETTRE A GRIGNAN

Publié le 30 Juin 2017

Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.
Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.

Annonce de l'exposition " Sévigné épistolière du grand sècle" / Timbre/ Photos prises par Régis Roux aux alentours de Grignan (Drôme): juin 2017.

Madame, n'étant connu de vous que par le vertige enluminé de la trace écrite, je vous retrouve telle que vous chantiez , c'est-à-dire épistolière à la source dépassant les orages, car vous voici vraiment telle que vous avez pu défier l'absence dans ces pages manuscrites, au cœur de la nouvelle exposition au château de Grignan. Que tout ce qui s'y trouve -les objets, les tableaux, les éditions du XVII e siècle-  vous accompagne! Certes, j'ai bien conscience que depuis votre départ en 1696, le village de Grignan est devenu comme un encrier sans fond, ou plutôt un cœur de paroles entre pierres mangées par la canicule, thym, vigne et lavande, avec l'horizon des montagnes; mais O Marquise, vous qui, du bout de la plume acheviez souvent la ligne noire sans couper les mots, et toujours en emportant votre phrase en dépit de ce qu'on nomme belle écriture, vous qui regardiez vers ce pays provençal sans lui accorder autant de reflets précieux que je peux en photographier aujourd'hui, sachez que votre amour pour votre fille Françoise Marguerite, s'il palpite encore entre les murs, précède les visiteurs quand ils s'engagent à travers des collines restées sauvages. Serait-ce la première fois qu'une exposition aussi magique vous serait consacrée ? Chacun pourra s'y rendre en interrogeant l'image qu'il a de votre voix, en aimant Grignan le temps d'accepter le curieux rapport qui existe entre le rêve devant la page et l'espace car quoi, au bout du compte ? Certes vous écriviez à la Comtesse de Grignan -votre chère "bonne" comme vous l'appeliez- si loin de vous, mais  tant de phrases ont dépassé des générations! Madame, le vent, le froid que vous grondiez la plume à la main sont démasqués grâce à aux relais secrets qui allaient transporter ces mots, ces frissons dégagés de la solitude. Aimer rejoint le paysage. Je sais pertinemment que le romantisme et l'attention portée à la nature ont mis votre portrait en plein champ. Toutefois, comment les rochers tourmentés dans les bois, les fleurs blanches caressées par la mousse, le thym d'avril, les papillons fous de lavande et les muettes calcaires mangées par le soleil se tiendraient-ils si loin d'un langage écrit plein de frissons, de sentiments ? Tant pis pour la vanité du grand siècle et tant mieux pour ce rappel intime: rien ne témoigne aussi bien du regard que la vie. Non, le Lac d'indifférence de la Carte du tendre n'est pas près de voir se refléter votre visage, la terrasse du château de ne plus s'enivrer de votre parfum à chacune de vos visites. Soyez assurée qu'il existe une saison que des couleurs éveillent sans cesse, que des pages brillent et que je suis, Madame, votre dévoué. Régis Roux, le 01 juillet 2017.

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0
Commenter cet article