Publié le 29 Août 2015

galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.
galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.

galet découvert le 28 août 2015 dans l'un des affluents de la rivière Galaure/ Photos de Régis Roux.

Répondre, c'est mettre en relation une onde avec le mystère de son écho. En l'occurence, un galet se montre un peu comme sur un canal voisin. Bref, soyons clair: j'ai trouvé hier un galet du même type que celui montré avec l'article du 9 août 2015 Il m'a semblé qu'une réponse pouvait être vue à une distance d'un peu plus d'un mois (car la rencontre du premier galet date de début juillet). Bornes pour un un début, une fin de cet été. Là encore, le bloc de forme ovale se trouvait à moitié dans l'eau, recouvert de mousse; là encore j'ai dû le nettoyer sur place avant d'en apprécier toutes les lignes; et là encore la magie a opéré: les traces du courant marin vieux de millions d'années était restées vives dans les cristaux de sable. Un fond marin sur le galet beige. Un élan sur lequel les doigts passent et repassent. La photographie permet alors de témoigner, paradoxalement, de quelque chose de mystérieux, de toujours enfoui. La photo sur le lieu même de la découverte -donc avec l'eau de l'affluent-puis une fois l'objet encore mieux nettoyé, présenté sur un fond différent.

L'aventure continue, qui ne se contentera jamais d'une seule image.

En attendant, on pourra consulter les livres d'artiste réalisés avec les artistes Marc Pessin, Caroline Issert, Caroline Vabre et Valérie Gaubert ( " Le Centre des courants" daté du 5 juin 2015, "Un éclat de rivage" du 15 septembre 2014, "Le galet comme un coeur" du 28 août 2014 et "Fragment de plage" du 29 avril 2014.)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques

Repost 0

Publié le 19 Août 2015

" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.
" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste:  http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.

" Couleurs d'orage", encre de chine de Ye Xing-Qian. Site de l'artiste: http://yexingqian.com/ photos de Régis Roux prises dans l'un des affluents de la Galaure.

L'espace n'est jamais prévisible. La beauté qu'il masque un jour, pourtant, s'éclaire. Il suffit d'être seul, de voir autrement, de prendre le temps, aussi, de revenir ici ou là, d'aller juste un peu plus loin, de ne pas croire qu'à l'horizon recherché initialement. Voici quelques jours, je me suis aventuré dans un affluent à peine visible depuis la route. Le pont lui-même ne s'était pas annoncé. J'étais parti pour photographier des façades, pas pour suivre ce chemin sauvage de galets. Une fois de plus le paysage partirait du sol. Cependant, j'avais tourné mon regard vers le ciel puisque j'étais en train d'écrire un poème inspiré d'une encre de Ye Xing-Qian, " Couleurs d'orage". Mais quand je découvris ces galets aux formes et aux couleurs particulières, l'abstraction picturale se superposa à la toile minérale. La parole apparue au bout des doigts résonnait après l'eau sur ces vagues pétrifiées, ces montagnes en miniature. Les crevasses à peine débutées se perdaient dans un vide ne représentant rien que le calme, l'attente impossible au bout de la matière. Car quoi de plus évident que le cristal travaillé par l'érosion ou l'encre choisie dans sa nuit ? L'imagination, le regard ébloui -celui qui ose ouvrir un univers endormi à côté du corps- reconnaît bien sa fête. Alors, pour l'accompagner, la présence en un lieu, la photographie, la peinture et le poème composent face à l'évidence un royaume, un système comme attendu par la nature et la sensibilité. L'homme a bien sa place entre le monde et la couleur de son âme. J'ai repensé à la fin de la nouvelle de Marguerite Yourcenar, Comment Wang-Fô fut sauvé, où l'artiste s'échappe réellement dans la dernière toile qu'il est en train de peindre. " L'Empereur, penché en avant, la main sur les yeux, regardait s'éloigner la barque de Wang qui n'était déjà plus qu'une tache imperceptible dans la pâleur du crépuscule. Une buée d'or s'éleva et se déploya sur la mer. Enfin, la barque vira autour d'un rocher qui fermait l'entrée du large; l'ombre d'une falaise tomba sur elle, le sillage s'effaça de la surface déserte, et le peintre Wang-Fô et son disciple Ling disparurent à jamais sur cette mer de jade bleu que Wang-Fô venait d'inventer." (Nouvelles orientales, p.27, ed Gallimard, 1978.)

*

" COULEURS D'ORAGE" ( d(après une encre de Ye Xing-Kian)

1

Des éclairs défont le ciel blanc et bleu

Etirant ce que tout miroir traverse

-

Echos dans une encre fine

Sans paysage prisonnier à reconnaître

-

Quel pinceau laisse en rythme

Son coeur signer le vertige ?

-

Le temps n'approfondit pas ce voyage

Brûlant même quand la mer cache un royaume

Quand les points de l'horizon confondent silhouettes

Fruits montés de la terre et sources voilées

-

Il défie la frontière infinie dans l'homme

Un fond déjà plus loin que la lumière

2

Une fleur avec son ombre aime le centre

Comme si la transparence commençait plus haut

Dégradant des puits clairs

Plus bas dans un élan vers quelque fonte

Image qui passe

Installe silence

Et courants pour cette sève

La rive absente à force de légèreté

3

Choisir le parfum

Accentue la toile

Aux pigments de nuit

Secrets dans le poing

Délivrant sa carte

-

Ecrire déchire

Les contours glacés

Puisqu'un caractère

Inonde la mort

Privée d'origines

-

Car aucun message

Ne trahit la terre ouverte

Aucun espace emporté

Qui ne reforme un coeur

*

(Régis Roux; août 2015; Drôme des collines.)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0

Publié le 9 Août 2015

Toile de Cécile Windeck; 2015.

Toile de Cécile Windeck; 2015.

Le labyrinthe clair sur du sang

De la glace et des fils sans retour

S'étend jusqu'au soleil cardinal

Ses quatre déserts pour que le vide

Reçoive une image une éclaircie

Malgré le sens éclaté du monde

Mosaïque centrée sur le ciel

*

Extérieure à ses frontières dures

Avec chaque tache découverte

Chaque ligne croisant des miroirs

Et le point bleu une liberté

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost 0

Publié le 9 Août 2015

Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.
Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.

Galet de quartzite découvert tel quel puis nettoyé, portant des marques de rivage de 240 millions d'années, manuscrits, truite fario et arbre fossilisé de la rivière Galaure. Photos de Régis Roux, juillet, août 2015.

Le sens voisin du coeur n'est pas que celui de l'esthétique, pas d'avantage celui d'une logique têtue, et encore moins celui d'un chemin que le temps travaille. Il est cet éclat multiple face au regard, au fond de l'homme.

S'il existe une réalité, elle ne danse que pour ce que nous ressentons avec notre histoire, notre corps présent, tous les échos d'un mystère offert par la nature et, pour chacun de nous, peut-être l'eau, la pierre, le végétal ou bien le feu de préférence. Difficile de savoir pourquoi nous aimons d'abord la fleur ou le bloc de grès à la silhouette si fermée. Ce que je veux dire, c'est que vivre est une aventure entre le monde et soi jusqu'à l'expression personnelle. Pourquoi ce coin de vallée plutôt que cette montagne ou cette frontière marine ? Peu importe à partir du moment où des signes se livrent.

La rivière Galaure reste pour moi l'empreinte la plus ancienne. Si je repère un arbre fossile sur une berge, un galet marqué par une mer disparue; si je trouve une truite mourante à la taille impressionnante de 43 centimètres et si je me permets de rapprocher de tout cela quelque écriture manuscrite mise à jour lors d'un vide grenier, je suis face à une présence attachante au-delà de la sève, des courants, de la merveilleuse adaptation des animaux et de l'encre nourrie par la mémoire.

Des lignes, un système de sources visibles, enfin, trouvent leur placent au fond d'une carte oubliée -momentanément, certes- d'une géographie que l'oeil et la main vont accueillir de nouveau. Comment ce genre de rencontres que je qualifierais de lentes à la mesure tranquille de l'imprévu, comment ce genre d'empreintes a-t-il le pouvoir d'éveiller la photo, la parole ?

On pensera que le hasard seul imagine ce rapprochement, mais que devient alors le paysage où l'homme reconnaît son ombre ? Le rêveur dessine un nouveau courant, une saison pour sa forêt la plus profonde. Il s'adresse à la truite car elle, depuis des milliers d'années, se joue des crues, du gel, des terrains arrachés. Reste pour moi l'écriture sans autre prétention que la reconnaissance, au nom du vécu, d'une fête avec des règnes silencieux, sensibles à l'alphabet déposé par une force anonyme.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques

Repost 0

Publié le 4 Août 2015

Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.
Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.

Couverture de "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian (ed l'aube poche, 2000.) Photos prises à Chamechaude par Régis Roux en août 2015.

Beaucoup de moments vécus sont des rencontres. Pour moi, Il s'est trouvé que dans le même temps un livre et une montagne m'offrent un jour nouveau. Je découvrais "La Montagne de l'âme" de Gao Xingjian, prix Nobel de littérature 200, lorsque je retournai à Chamechaude, en Chartreuse, ce massif où l'ordre monastique portant le même nom a été fondé par saint Bruno voici mille ans; et ce retour se faisait un an après l'opération du coeur. En août 2014, un cousin m'avait envoyé des photos prises depuis le sommet. Naguère nous nous y rendions souvent ensemble. Je m'étais demandé: "comment le monde éclairé redeviendra-t-il possible ?" Mais cette année, quel plaisir de parvenir là-haut parmi la pierre, le brouillard ce jour souvent traversé par le bleu, enfin l'accueil du panorama et, chose inattendue, la proximité des chocards à bec noir, maîtres du vide et de la frontière entre calcaire et transparence ! (Qu'ils en soient remerciés au même titre que les derniers sapins, juste avant les pierriers glissant depuis la crête.)

Cependant, l'histoire n'est pas que celle d'un corps physique, de géologie, sans quoi je me contenterais de parler de "mécanique" réparée, d'"itinéraire", voire de sport. Chamechaude à la pyramide blanche. Chamechaude ou "Lingshan, la Montagne de l'âme où l'on peut voir des merveilles qui aident à oublier ses souffrances et à obtenir la délivrance"(page 101). Chamechaude connue depuis toujours, et qu'un éloignement conduit vers soi. Quand j'étais étudiant, je n'en redescendais jamais sans un vide après les yeux, au fond de l'esprit: celui des mots. Je ne disais plus rien, j'avais simplement pris des photos.

Le temps apprend-il à rapprocher des voies qui, d'échos en échos, dévoilent une certaine mélodie personnelle ? J'aurais tendance à le croire en vivant lecture/écriture et randonnée comme autant de vagues invisibles. Un paysage apparaît dans l'homme, une richesse d'abord spirituelle.

Gao Xingjian est aussi peintre mais dans une série de dialogues avec Denis Bourgeois publiés pour la première fois en 1997, (Au plus près du réel, éditions de l'aube), il insiste sur ce qui anime vraiment le langage littéraire: "La langue écrite, c'est comme un cristal de la civilisation beaucoup plus délicat que l'image. L'écriture suppose un travail très délicat: on doit en permanence se poser la question de savoir comment faire revivre ces mots morts, muets. Ce qui est important dans ce travail, c'est la sensibilité de la langue. Sans cette sensibilité, on tombe dans une écriture académique, qui peut transmettre des connaissances, mais rien de plus. Quelle est la spécificité de l'écriture littéraire ? Insérer cette sensibilité dans des mots morts. A partir de là, on peut parler de musicalité d'une langue. Derrière les phrases, on sent un ton, un souffle vivant."

Sur le chemin de Chamechaude, le coeur que j'ai entendu battre le faisait en émergeant des roches, des labyrinthes intérieurs, des courants secrets qui ne voient que l'altitude. Le coeur prenait la forme silencieuse des ombres. Il ne se retournait pas vers la vallée des épreuves. Il dialoguait avec un moment présent, vivant au nom de ce qui resterait dans sa disparition car ensuite, juste après le retour dans le soir épuisé, que resterait-il du feu en dehors des images accordées par le décor, derrière le masque des mots choisis pour offrir l'aventure ?

...............................................

" Tu reconnais que cet endroit s'appelle Lingyan, le Rocher de l'Ame. Il peut donc y avoir d'autres destinations qui portent le nom ling, l'âme. Tu ne t'es pas trompé en te mettant en route pour Lingshan, la Montagne de l'Ame" ( page 135.)

***

**

*

Quelques oeuvres de Gao Xingjian (à lire absolument!):

- La montagne de l'âme (l'Aube)

- Le livre d'un homme seul (l'Aube)

- Chronique du Classique des mers et des monts (Seuil)

- Le Quêteur de la mort (Seuil)

- La Raison d'être de la littérature (Aube)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 1 Août 2015

Peinture de Cécile Windeck ( toile et détails); juillet 2015. Interview de l'artiste: https://www.youtube.com/watch?v=on4-a9ZTV0A
Peinture de Cécile Windeck ( toile et détails); juillet 2015. Interview de l'artiste: https://www.youtube.com/watch?v=on4-a9ZTV0A

Peinture de Cécile Windeck ( toile et détails); juillet 2015. Interview de l'artiste: https://www.youtube.com/watch?v=on4-a9ZTV0A

Voici quatre poèmes écrits à la demande de Cécile Windeck. L'artiste s'en est ensuite inspirée pour la création d'une peinture en juillet 2015

***

Sur le chemin de la ville un bijou

Fut trouvé qui connaissait ton visage

La place attendait sans que je t'aie vue

Ce jour parfumant des cheveux lointains

Et ce caillou déjà précieux sans toi

*

Le petit galet rouge dans ma main après tes paroles

Garde la part qu'une présence enflamme

Il est ce verrou de grains lisses jusqu'à la danse

Un point d'équilibre entre source et lumière

*

Avant l'étrangère

Tu laissais ta bouche

Dessiner ce temps

Climat sans mémoire

Mode en dehors du coeur

Puisque le sang brouille une source unique

*

Fête abandonnée pourtant face à toi

Nue dans mon miroir devenu coupant

Comment dépasser la surface éteinte ?

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0