Publié le 30 Octobre 2015

la comète Tchouri photographiée par la sonde Rosetta le 7 juillet 2015  ce que dit Tchouri

la comète Tchouri photographiée par la sonde Rosetta le 7 juillet 2015 ce que dit Tchouri

Peu de sable

Mais qui vole

Toutes perles

Pour des sources

Etirées

Toutes plantes

Par la roche

En mémoire

D'un moulage

Infini

Je reviens

Dans la pluie

libérée

Détectée

Loin des yeux

*

Je suis la gourde noire quand vous respirez sur votre planète

L'oasis qu'un soleil n'atteint pas sous les vagues du désert

Inspiration qu'est-ce que cela change à la mémoire ?

Je serai la crue jumelle avec d'autres terres si vous traversez mes saisons muettes

Analysez donc l'oxygène moléculaire

De la matière au plus grand amour

Car découvrir si ce n'est accueillir une aube nouvelle

A quoi bon ? Ma silhouette grise cache encore des pistes festives

*

Mes soeurs les pierres terrestres

Je les vois près de vous qui s'épuisent

A cause de votre miroir brûlant

Vous décrivez votre image sans reconnaître un royaume

*

Alors je répondrai

Monoxyde de carbone

Dioxyde de carbone

Comme un jeu pour la survie

Si vous cherchez les vraies perles du système solaire

Pourquoi votre apparition devrait parvenir à quelque frontière libératrice

*

(Régis Roux, le 30 octobre 2015)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 27 Octobre 2015

Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.
Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.

Page de couverture de l'anthologie/ Photos de Régis Roux prises dans la Drôme des collines fin octobre 2015.

Les interrogations qui furent les miennes dans « Questions posées au paysage » (Le dé bleu, 1998) n'appelaient aucune réponse. Elle tentaient simplement d'exprimer un ressenti face à des lieux stupéfiants. Ils sont aussi intérieurs, c'est entendu...) Depuis, je n'ai pas cessé de rencontrer d'autres espaces réels dans la nature, en particulier auprès du minéral. J'évoque parfois cet état singulier de tranquillité qui m'envahit quand je marche et observe des galets, des arbres. Alors tout rejoint comme une présence impalpable et profonde. L'homme est à sa place. Chaque élément rassure, en quelque sorte. Ce n'est plus l'heure de penser, mais d'éprouver, sans parole bien avant le poème. J'ai parlé de « lieux stupéfiants », mais au sens de « capables d'interpeller ce qui vibre au plus profond de notre nature. »

« Les formes du vent », anthologie de textes en prose, présente justement des textes chinois qui permettent le même voyage. Les découvrant récemment, je me suis dit : « voilà exactement ce que je vois de mon côté. » Ravissement est le mot désignant le parcours de lecteur s'il voit dans sa tête les paysages évoqués, s'il vit lui aussi des moments extraordinaires dans la mesure où la nature ne peut que le combler, lui rappeler que la solitude existe accompagnée d'ivresse. Ces textes brefs encadrent comme des visions connues de tout promeneur amoureux. Dans Première promenade au mont de l'ouest par exemple, Liu Zongyan écrit, se revoyant au-dessus des collines, écrit : « Je me dilate dans le souffle cosmique jusqu'à l'infini. » Devra-t-on ici préciser que la philosophie du Tao imprègne cet élan ? Je crois, pour ma part, qu'il s'agit là d'une expérience offerte généreusement et naturellement à tout randonneur. Cliché s'il en est un : la vue depuis le sommet ! Et pourtant, je ne peux m'empêcher de repenser aux anciens lettrés chinois qui disposaient des pierres aux formes hallucinantes à l'entrée des temples et les saluaient … une partie de l'univers ou ce qu'on nomme paysage ? Maquette, microcosme, infiniment grand ? La cascade du dragon chère à Li Xiaoguang ou le célèbre lac de l'Ouest, dans la région du bas Zangzi, sont des miroirs jamais absents des empreintes mystérieuses dans l'écorce, des chemins laissés par l'eau.

Régis Roux, le 27 octobre 2015.

***

**

*

( On pourra découvrir quelques photos prises au moment de la découverte de ce livre très fort en émotion, un peu comme si les paysages réels du lecteur se retrouvaient différemment...)

***

**

*

Les formes du vent, paysages chinois en prose

traduit par Martine Vallette-Hémery

quatrième de couverture par François Cheng

Editions Albin Michel, 2007.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2015

photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.
photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.

photos prises par Régis Roux le 22 octobre 2015 dans la Drôme des collines.

J'ai retrouvé le cours des bois colorés, de la terre inscrite encore un peu plus après des pluies fortes. J'ai surtout rencontré des masques dans le bois, suivi la présence muette des statues parmi les feuilles. Un ensemble en octobre malgré le ciel couvert...mais quoi ? On parle souvent de « lumière » souhaitable avec sa qualité claire comme s'il existait une rivalité avec les cristaux, de l'eau si libre quand elle envahit les miroirs. Et le voile d'ombres parvenues au bout du mystère, qu'en fait la profondeur du regard ? C'est ce que je me suis dit hier après-midi : regrettant d'abord la grisaille, puis approchant les écorces, les pierres, les champs une fois bien redécouverts dans leur souffle calme éloigné des bouquets jaunis, rouges et marron, tous les éléments acceptant le ciel couvert afin d'exprimer d'avantage qu'une fête au nom du feu, j'ai senti qu'un secret cherchait à participer lui aussi. Bien sûr, on me rappellera qu'il ne s'agit que des projections de notre propre façon de déclarer ce qu'on aime à la réalité, d'animer la roche ou le bois privé de sève. Alors j'aurai l'envie de préciser l'angle sous lequel je me place : ces troncs portant des visages, ces feuilles, ces étendues de collines, ces galets que l'homme aligne sur les façades en compagnie de blocs de grès, ce lierre immobile et désormais cassant, la folie abandonnée de la vigne, le fond dévasté d'une combe et jusqu'aux champignons qu'une odeur sauvage transporte, je les contemple alors que le temps continue, que les images donnent l'étrange impression d'être animées de l'intérieur. L'automne murmure au-delà de ce qu'on en dit trop facilement, et c'est dans des lieux connus en d'autres saisons que les plus beaux échos nous parviennent.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2015

Photos prises par Régis Roux à Lyon en octobre 2015.
Photos prises par Régis Roux à Lyon en octobre 2015.

Photos prises par Régis Roux à Lyon en octobre 2015.

Au pied de la roche un autre oeil attend le dernier froid

Celui qui demande au lion de poursuivre l'envol après la mort

De face avec ses cristaux blancs ou léger tel que l'ont fait les arbres

Pigeon solitaire au moment d'aimer la ville inscrite par des outils

Dans le plan compliqué des rêves

Entre cours et places forçant la colline à bâtir ensemble un chemin pour les fauves

Les oiseaux même les courants géants que des ponts retrouvent

La lumière immobile du lion

Un après-midi au plus près d'une fontaine éteinte

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2015

Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)
Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)

Livre d'artiste (poèmes et photos de Régis Roux; empreintes de Constance Fulda. été 2015)

A partir d'un arbre en cours de fossilisation ...merci à Constance Fulda de s'être inspirée de cette "rencontre" !...

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Livre-objet-livre d'artiste-poésie

Repost 0

Publié le 7 Octobre 2015

galet découvert en septembre 2015 dans la rivière Galaure (Drôme.)
galet découvert en septembre 2015 dans la rivière Galaure (Drôme.)
galet découvert en septembre 2015 dans la rivière Galaure (Drôme.)
galet découvert en septembre 2015 dans la rivière Galaure (Drôme.)
galet découvert en septembre 2015 dans la rivière Galaure (Drôme.)

galet découvert en septembre 2015 dans la rivière Galaure (Drôme.)

Ce coeur dans le courant froid

Quelle racine au cercle vert indiquera-t-il

Quand son poids rejoindra le socle ?

D'un côté la mousse aura-t-elle habillé des larmes dures ?

De l'autre l'acier trouvera-t-il sa lumière afin de ne pas avouer le cristal enfoui ?

Pourtant seul à dessiner jusqu'à ses derniers battements

Loin des marées des voiles différentes

Il aimera la terre sa corbeille avec sa jeunesse

Il verra le cercle impossible à rejoindre

Comme sans mesurer les étouffements

Sans déplacer la source vers l'éternité

Tous les traits redéfinissant toute surface

A partir du moment où le jour l'enflamme

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 1 Octobre 2015

têtes/ Photos de Régis Roux; 1 octobre 2015.
têtes/ Photos de Régis Roux; 1 octobre 2015.

têtes/ Photos de Régis Roux; 1 octobre 2015.

Le bec dit à son double j'étais parcouru par une source

Et voilà que la crue me dépose parmi les galets

Au point de rêver de cristallisation jusqu'à l'animal

Son bouclier cachant presque l'oeil

Ses nerfs plus durs dans l'après-midi caniculaire

Mais fixé sur le règne terrestre

Peu importe l'écho tant qu'il aime une image accompagnant le corps

La montagne fragmentée ou la sève tournée vers le ciel

Je suis une part de l'ombre au-delà de l'écorce

Une tête sur l'eau même sur le sable

Déjà frontière gardant sa métamorphose devenue danse

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0