Publié le 18 Novembre 2015

Toile de Cécile Windeck; 2015.

Toile de Cécile Windeck; 2015.

Cette blessure si noire

Qu'elle va jusqu'à l'effacement

Le retournement des rayons

Ne coupe ni la mer ni la réserve en hauteur

Au gommage un instant

Au sommeil perdu

Le cadre fonde une plage interminable

Aucun entonnoir tâché

Aucun rythme aveuglant le parfum du large

N'empêche les cristaux d'aimer la douceur l'un contre l'autre

Et d'imaginer les réponses

Que cette occupation de l'infini

Apporte à la lumière

*

Régis Roux, le 18 novembre 2015.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2015

Montage d'Amandine Chenot en mémoire des victimes. Novembre 2015.

Montage d'Amandine Chenot en mémoire des victimes. Novembre 2015.

L'oeuvre d'Amandine Chenot sera accochée le 19 novembre 2015 lors du vernissage de son exposition. Les visiteurs pourront déposer une bougie en mémoire des victimes.

**

*

Je parle pour votre musique rougie

Votre terrasse fendue

Vos pas détournés par la nuit

Votre nombre inconnu soudain face aux cris

Aux habits traversés

Aux faux soleils d'encre

La ville pense au nom des coeurs emportés

Tissu de nœuds tournant depuis la lumière

Car les murs les hommes n'ont pas d'impasse malgré le meurtre

Ici que vos poumons aiment encore

Ici que je réponde comme vous vous appliquiez à vivre

Un arbre est dans le corps de ceux qui brûlent déjà la tempête

Régis Roux, le 15.11.2015.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2015

Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./
Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./
Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./
Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./
Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./
Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./

Montage d'Amandine Chenot/ Poèmes de Régis Roux. 2015./

Voici l'annonce de l'exposition d'Amandine Chenot (vernissage le 19 novembre 2015) pour laquelle j'ai beaucoup d'admiration. Femme de courage et de talent. C'est à partir d'un montage -FLUX- présenté lors de cette exposition que j'ai eu le plaisir de composer deux poèmes, et qui l'accompagneront.

Cerveau, coeur, cep de vigne vivante !

Quel arbre pousse encore entre l'âme et le regard ?

Pas plus tard que ce matin, l'automne me confiait une fois de plus que les sources, malgré la loi des reflets si profonds qu'ils masquent notre vérité, les cascades continuent à l'approche de l'hiver.

***

**

*

1

Un éclair écrit

Ce qui rejoint le souffle

Et le feu porté sur l'ombre

2

Soleil sur l'écorce

Aucune fissure

Face aux vendanges

3

Quel arbre à la source

Peinte jusqu'au bout

Du murmure aime le vent ?

4

Des veines restent

Et le soir en vie

N'éparpille pas le flux

5

Flux qui s'ouvre encore

Libère veines et flammes

Entre l'écorce et la vie

6

Le coeur lance un horizon

Temps que le sommeil n'arrête pas

Ni la silhouette fissurée

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2015

photo de Régis Roux prise dans la Drôme des collines, novembre 2015.

photo de Régis Roux prise dans la Drôme des collines, novembre 2015.

Présence en relief

De tous ses verrous

Ses directions lisses

Montrant la partie de falaise qui retient du souffle

Présence découpée

Dans une échelle inhumaine

La main s'imagine profonde

Le vide entoure

Cette lumière

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2015

Toile d'Henry Christiaën. Technique mixte sur toile.
Toile d'Henry Christiaën. Technique mixte sur toile.
Toile d'Henry Christiaën. Technique mixte sur toile.
Toile d'Henry Christiaën. Technique mixte sur toile.
Toile d'Henry Christiaën. Technique mixte sur toile.

Toile d'Henry Christiaën. Technique mixte sur toile.

J'ai déjà pu parler de la chance que j'ai eue de très bien connaître Henry Christiaën, de le voir "au travail" dans sa démarche créatrice picturale, et ce pendant des années. Si je reviens aujourd'hui sur l'une de ses oeuvres, c'est parce que cette dernière s'est réinscrite brusquement dans un épisode vécu et qui, à première vue, n'avait aucun rapport avec elle.

Je regravissais les pentes de la Bastille, à Grenoble, question de passer une heure ou deux juste au-dessus de la ville, et voilà qu'à peine arrivé au sommet, je me retourne sur cette vallée alpine où se mêlent l'Isère et le Drac avec, en fond de décor, plusieurs massifs montagneux. Justement, là, en cette après-midi, un détail me frappe: le massif du Taillefer, en partie recouvert des premières neiges, se trouve juste dans le prolongement de Saint-Martin-d'hères, juste derrière les contreforts de Belledonne. J'aperçois l'immeuble où j'ai vécu si longtemps. Ce rapprochement me bouleverse ! Je n''avais jamais remarqué que le sommet le plus imposant le plus proche de chez moi était celui-là ! On me dira: "Oui, et alors ? Qu'est-ce que cela change ou apporte ? Le Taillefer a été placé là pour vous, peut-être ?" Fi des questions débiles ! Fi de la vue basse ! J'ai eu l'impression de me sentir bien dans un ensemble connu, reconnu enfin sous un certain angle. C'était comme un présent du monde et des hommes. Cependant, l'élément le plus singulier réside plutôt dans l'oeil d'Henry Christiaën. En effet, la seule montagne qu'il ait jamais peinte est celle du Taillefer... Seulement parce qu'il en avait une bonne vue depuis son balcon ? Est-ce à dire qu'un motif en vaut un autre, que connaître une montagne revient à toutes les connaître ? Cette dernière question n'est pas aussi simpliste qu'on pourrait le croire.

L'espace, la réalité, les liens invisibles qui unissent une sensibilité à ce qui est vécu, vu, ressenti, au-delà même du souvenir, comment tout cela devient parfois si touchant ? Il est des expériences qui déroutent par leur disponibilité.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 2 Novembre 2015

Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.
Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.
Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.
Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.
Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.
Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.

Toiles de Cécile Windeck et poème (états successifs du manuscrit) de Régis Roux/ Création des mots vers la peinture; octobre, novembre 2015.

Que voyons-nous vraiment ? Images mentales ? Sons, mots, rythmes ? Couleurs pour les yeux, formes pour les doigts ? C'est dans la perspective de travailler à partir de ce qui nous est INVISIBLE qu'avec Cécile Windeck nous avons laissé un chemin se dire, se peindre à partir d'un désir de voyageur comme aveugle. L'abstraction nous semble le meilleur empierrage pour montrer une source au corps vivant dans l'obscurité.

Régis Roux, le 2 novembre 2015.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques

Repost 0