Publié le 15 Mai 2016

Pierre en grès tendre trouvée en mai 2016 dans la Drôme des collines. Photo de Régis Roux.
Pierre en grès tendre trouvée en mai 2016 dans la Drôme des collines. Photo de Régis Roux.

Pierre en grès tendre trouvée en mai 2016 dans la Drôme des collines. Photo de Régis Roux.

Sur la façade ensablée quel jeu de profil quelle danse

Arrête un silence à deux silhouettes à deux consciences

L'une plus proche du globe et l'autre du feuillage

Quand tout geste reste au nom du cristal et d'une signature

Terre enfouie dans l'âme

Même devenue lumineuse

Quand s'enrouler avec son corps le met en relief

Croire à la sève aérienne annule ses frontières

Afin de voir qu'une perle s'approche

Qu'un fruit au sommet justifie les fibres

Jusqu'au prochain dégagement sans ombre

Un bond du coeur

Un angle avec le bras

Ce qui sort vivant de la pierre

*

(Régis Roux, le 15 mai 2016)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 14 Mai 2016

Photos de Régis Roux. Pierre mollasse (grès). Hauterives, Drôme; mai 2016.
Photos de Régis Roux. Pierre mollasse (grès). Hauterives, Drôme; mai 2016.
Photos de Régis Roux. Pierre mollasse (grès). Hauterives, Drôme; mai 2016.
Photos de Régis Roux. Pierre mollasse (grès). Hauterives, Drôme; mai 2016.
Photos de Régis Roux. Pierre mollasse (grès). Hauterives, Drôme; mai 2016.

Photos de Régis Roux. Pierre mollasse (grès). Hauterives, Drôme; mai 2016.

J'ai rencontré cette pierre quelques jours après ma dernière visite au Palais de Cheval. Elle était en plein milieu d'un affluent, ce qui rendait sa présence encore plus surprenante. Quand on saura que je l'avais pas remarquée quelques mois plus tôt, on pourra mesurer le degré d'étonnement qui me saisit. Evidemment, je sais bien que depuis mon dernier passage, une crue l'avait sûrement charriée, arrachée au mélange de branches, de sable et d'autres blocs, mais quelle image quand, juste après un petit méandre j'aperçus à quelques mètres la forme immobile et si bien dessinée par la nature! Comment le facteur Ferdinand Cheval n'aurait-il pas déliré pour son Palais absolu, comment n'aurait-il pas conduit ces pierres merveilleuses devant ses rêves de bâtisseur, les offrant brutes, fidèles avec leur élan de stèle, de statue, de tourbillon parfait, ou travaillées pour découvrir d'autres visages, d'autres animaux ? Bien sûr il faut se souvenir des deux grandes pierres mollasses que le facteur a encastrées sur la terrasse du monument; à leur gloire! Là se lit toute l'admiration que cet homme exprima devant la terre, sa présence. De mon côté, ce jour-là face au silence apparu dans sa profondeur avec une image venant de l'érosion, j'ai, une fois de plus, senti la présence d'un langage entre l'homme et le monde. Echos dans l'esprit d'un battement qui va des étoiles au visible pour nos sens ? Bien des traditions connaissent parfaitement ce lien jamais rompu entre la chair et l'inanimé. Il faut avoir connu ce genre de rencontre dans la solitude, au coeur d'un affluent à la source discrète et pourtant bordé d'une végétation gonflée d'oiseaux, d'églantiers frissonnants pour voir d'un oeil ébloui - à sa place la plus légitime- un fragment de roche que Ferdinand Cheval mit sur le piédestal de son monde.

*

Des îles des yeux plusieurs golfes portés

Rappellent à l'envol toutes les rives

Les marées tissant rondes et traits noirs

Au nom des grains les plus durs face à la source

D'une pluie patiente

En crue jusqu'au centre imaginant ses lampes

Ses bouées peut-être si la liberté les détache

Comptant l'impossible

Rapprochant cellules et jumelles

Défendant l'anonymat qui préside aux étoiles

Car un grain de sable gris chante avec les siens

Tant que des apparitions rappellent du souffle

Ce qui fait de l'horizon un éclair si proche

Si fidèle à l'érosion qu'il tourne autour d'une pierre

Beige et douce en dépit de sa voix close

Mesurée dans l'enracinement des forces

Une saison après sa piste idéale

Une place enfin touchée par un déplacement de l'ombre

Régis Roux, le 14 mai 2016.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0