Publié le 26 Novembre 2018

Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)
Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)

Photos prises par Régis Roux entre Charmes et Bathernay ( Drôme; novembre 2018.)

Entre Charmes et Bathernay j'ai rencontré Saint Brouillard. Les collines pourtant connues se sont mises à vivre autrement. Quand je suis arrivé sur la crête du Montfroid, le panorama dévoilant Saint-Martin d'Août et les versants nord de la vallée de la Galaure m'ont rappelé, une fois de plus, que le facteur Cheval avait passé des années à marcher dans ce paysage; mais par ce matin de novembre où régnait le brouillard, son ombre était peut-être encore plus dense. Oh, pas seulement à cause du livre récent de Nils Tavernier et du film de ce réalisateur qui sortira sur le bâtisseur d'Hauterives le 16 janvier!  Il y avait, dans cette course opaque et parfois presque liquide un chant que l'homme caresse en rêve quand il imagine, aime des pierres, une végétation d'orient, d'afrique, et surtout celle dissimulée dans les combes de ses collines. Je revenais sur les mêmes chemins, pourtant, mais le brouillard m'arrêtait souvent pour dire que la solitude n'a que faire de voyager loin. De l'argent fou, des couleurs bravant l'hiver, même des pierres grises qui avaient tellement inspiré Cheval semblaient perdre le sens logique face au miroir laiteux. Je me disais qu'il faut revivre ainsi:  croire aux étages perdus dans ce qui vibre pour des mots comprenant le cœur sauvage.      

Régis Roux, le 26/11/2018.

*

De Nils Tavernier:  La vie rêvée du facteur Cheval, biographie  (Flammarion, 2018.)

L'incroyable histoire du facteur Cheval,  (long-métrage avec Jacques Gamblin et Laetitia Casta, sortie prévue en janvier 2019.)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 4 Novembre 2018

Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.
Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.

Photos prises par Régis Roux dans le Monts du matin le 3 novembre 2018.

J'ai toujours aimé le brouillard comme un ami fou de secrets. Sa rencontre a toujours laissé en moi des images que le temps n'efface guère, et pour la même fête! Hier, samedi 3 novembre, j'ai connu la grâce de monter dans le cher brouillard, d'admirer la mer de nuages puis de redescendre sans que ce compagnon laineux se fût dissipé. De bien belles heures à photographier le soleil en face, à découvrir comme un arc-en-ciel mais tout blanc, à voir, au loin, une nappe énorme franchir les crêtes des Mont du matin, et bien sûr, depuis le sommet, là-haut, dans le bleu, accéder à je ne sais quelle autre verticalité des falaises, quel horizon enfin rêvant d'un sol de nacre qui aurait pris son envol. De tels moments chuchotent que les éléments, parfois, accompagnent le randonneur entre vide et profondeur, nouveau parcours et mystère, à condition bien sûr de laisser la présence et le regard se rapprocher du monde. Mais de quel lieu connu s'agit-il ? Je ne compte plus les randonnées répétées dans les Monts du matin. Voilà peut-être ce qui permet de feuilleter saisons, jours brillants ou gris, sans oublier l'état dans lequel on revient.  L'espace est un coffre aux parois translucides.

Cet arc sous la crête calcaire 

Blanc juste après la pluie la terre chaude

A dépassé le soleil perdu parmi des écorces

Il reste un moment dit le moutonnement sans fin

La péninsule du massif endormi

Quel pas mesure alors les barrières blanches

L'écume cachant ce qu'on croyait connaître ?

Argent sauvage bientôt rendu à la rivière en hiver

               Régis Roux, le 4 novembre 2018.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0