Publié le 30 Mai 2014

Le sang poursuit l'aube

Ressemble à un arbre

Entre sable et brume

Corrige une source

Vient d'un premier soir

Au rythme du ciel

Car le vent bleuit

Qui bat dans le feu

Son lagon fidèle

A une île morte

C'est l'envers des vagues

Rien ne les retient

Dit le cœur en mer

Si ce n'est la foudre

Et le pôle à suivre

Carte découpée

Ou étoile seule

Prix de ce voyage

Au bord des marées

Sous toutes les côtes

Un puits s'illumine

Tableau de Chantal Longeon(2014)//Manuscrit du poème de Régis Roux(en 4 étapes et 2 détails)
Tableau de Chantal Longeon(2014)//Manuscrit du poème de Régis Roux(en 4 étapes et 2 détails)
Tableau de Chantal Longeon(2014)//Manuscrit du poème de Régis Roux(en 4 étapes et 2 détails)
Tableau de Chantal Longeon(2014)//Manuscrit du poème de Régis Roux(en 4 étapes et 2 détails)
Tableau de Chantal Longeon(2014)//Manuscrit du poème de Régis Roux(en 4 étapes et 2 détails)

Tableau de Chantal Longeon(2014)//Manuscrit du poème de Régis Roux(en 4 étapes et 2 détails)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0

Publié le 29 Mai 2014

La mer de l'autre côté du rivage

Parle sans avoir besoin d'éclaircir l'encre

Ses racines coupées sur du bleu

Stèle têtue parmi les galets qui dorment

Et la fin d'une source en rythme

Détacher des éclairs jusqu'à leur nuit devient possible

Sans même traduire ce qu'il a fallu d'errance

Dérouler toujours l'alphabet d'une frontière à l'autre

Comme le choix du ciel suivant le sens amoureux des pierres

D'une série d'orages balisant le désert

Le fond des vagues a changé de territoire

Devenu sable au bout d'un murmure

Sel dessinant quelque circonférence

Il a renversé la surface infinie

Livré trois tablettes pour nommer ce qui passe de la matière au frisson

La terre et son jardin d'oiseaux migrateurs

L'ombre sensible de l'homme

La parole au corps fidèle

En lui depuis la lumière

calligraphies sur galets/photographies de Frank Lalou.  Site de l'artiste : www.lalou.net/
calligraphies sur galets/photographies de Frank Lalou.  Site de l'artiste : www.lalou.net/
calligraphies sur galets/photographies de Frank Lalou.  Site de l'artiste : www.lalou.net/

calligraphies sur galets/photographies de Frank Lalou. Site de l'artiste : www.lalou.net/

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0

Publié le 23 Mai 2014

Quel est ce cœur ouvert dans l'arbre, offrant au ciel un réseau de lianes immobiles ? D'habitude, les veines du bois ne parlent de l'âge qu'une fois la souche découpée. On peut dire alors que les cercles sont vraiment vides, que chaque saison a bien laissé une renaissance après l'autre, puis un trait, si dur, si près du précédent et du suivant. Ici, l'arbre à l'écorce nourrie par la terre est toujours fidèle à cet élan vers l'espace lumineux, lui qui dans l'ombre ne retiendrait que l'aspect mort des pierres. Si la nuit apparaît au cœur de l'arbre, c'est sans doute par un sortilège des plus secrets: celui qui impose à tout être vivant de posséder fibres, rythme amoureux de l'eau, de l'air, des frissons justifiant la présence, la danse à partir du moment où le monde est un échange de forces, de miroirs naturels, et ce du réel à l'imagination; car bien sûr, cet arbre est vu par l'homme, et l'homme a sa place quand il s'arrête un matin devant des lianes entourant le tronc ouvert. Des oiseaux de nuit dorment dans ce genre de refuge. Avec un peu de chance, de prudence mais aussi poussé par la joie profonde, étrange, qui pousse à découvrir ce qui se cache par amour d'un secret pareil à celui des étoiles, avec le calme nécessaire à l'harmonie de toute la forêt confiante, on peut surprendre un frisson de plumes aux yeux perdus dans le repos, une respiration comme suspendue pour quelques heures. Elle n'est pas vraiment là, plutôt dans des rêves capables de recomposer la vie future dans la nuit.

Quel est ce coeur ouvert dans l'arbre ?
Quel est ce coeur ouvert dans l'arbre ?
Quel est ce coeur ouvert dans l'arbre ?

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 19 Mai 2014

Voici un poème inspiré d'une des toiles récentes de Caroline Vabre. Elle appartient au cycle que l'artiste a intitulé "Balade au pays des morts". Point de joie morbide, mais la présence d'un double regard aujourd'hui (celui du peintre et celui du poète) qui aperçoit ce que des apparences douloureuses auraient tendance à troubler. Point de saison définitivement seule, en quelque sorte.

"

L'ANGLE EST-IL UN ECLAT POUR LE DOS

SI L'ON RESTE TOURNE VERS UN JOUR ?

SEUL AU NOM DE LA LUMIERE VIDE

RIEN QUE CE CORPS PLIE SANS VISAGE

IL FAUT BIEN CROIRE AU TRANCHANT DU MUR

A LA FUSION TRANSPARENTE AUX VEINES

ENTRE LA MATIERE ET LA SOUFFRANCE

REDEFINIR QUELQUE SILHOUETTE

SA COURSE APRES LE DECOR MALADE

MAIS DEMASQUE PAR UN HORIZON

LA TERRE BRILLE QUAND ON RESPIRE "

Toile de Caroline Vabre;2014.

Toile de Caroline Vabre;2014.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #balade au pays des morts

Repost 0

Publié le 17 Mai 2014

Le ciel partage l'écume et les dunes qui fuient

Si loin que la terre est noire

Ancrée dans l'espace

Marée prise dans le sable

Un cadre sans nom recommence au premier regard

Comme d'une plaine à l'autre

Rien ne suit le vent

La fin de la côte

Seule

Au fond du corps

Avec un continent renversé

Depuis l'enfance dépourvue de fleurs et d'ombre sur la plage

D'après "Si loin..." (2012) de Roseline Al Oumami.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Poèmes. Collaboration avec des peintres.

Repost 0

Publié le 15 Mai 2014

~~Dans la quatrième de ses "Cinq méditations sur la beauté" (Albin Michel, 2006), François Cheng dit que "de regard en regard, le sujet aspire peut-être -si l'inspiration est au rendez-vous- à une rencontre suprême, celle qui le relierait au regard initial de l'univers."(page 107). Qu'est-ce qui brille derrière l'objet, ou plutôt à l'intérieur, envoûtant l'oeil? A propos du singulier "galet aux marques de rivage" et vieux de 240 millions d'années, on comprendra où je veux en venir (photo 1) .Je tiens pour lumineux ce fragment rocheux ayant conservé la trace de l'eau, du temps, de la mer bien avant la naissance des montagnes, je le considère comme un angle d'or pour le regard. Il me permet d'exprimer ce qui relie l'homme à l'un des secrets du monde. De la matière, une forme, des tons, le temps, la vie qui bat dans l'empreinte. J'ai réalisé un moulage (photo 2) de ce galet dans une argile trouvée dans la rivière même de la découverte; l'argile inverse l'empreinte initiale, donnant à regarder différemment. Une peinture aux couleurs vives de Brigitte Lachaize (photo 3) termine cette déclinaison visuelle, comme un retour à la vie de la mer, bien avant l'apparition de l'homme. (Mais le regard est aussi présent dans l'écriture avec des images mentales et le travail manuscrit à la plume -photo 4-). On pourra, si l'on Désire poursuivre cette aventure vers ce que Cheng nomme la beauté, parcourir des yeux et par l'esprit le "Fragment de plage" que j'ai réalisé en compagnie de Valérie Gaubert (voir Livres d'artiste.)

Que signifie "regarder"?
Que signifie "regarder"?
Que signifie "regarder"?
Que signifie "regarder"?

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 10 Mai 2014

Fin des arbres morts

Le canal affleure à peine

*

Des arbres se taisent

Touffes cachant le canal

Tourbe qui les porte

*

Troncs sans repérage

Vallée glaciaire au miroir

Les rives s'enfuient

*

L'eau change l'espace

Un chemin pour les oiseaux

Fin des arbres morts
Fin des arbres morts
Fin des arbres morts

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 5 Mai 2014

~~Le printemps peut être inattendu, et comme en dehors de son temps. Quand je suis revenu dans ce pays de vignes, les premières pousses d’un vert transparent étiraient leur taille contre celle d’une paume, et des points minuscules indiquaient le futur des grains de raisin. Les cerisiers n’avaient plus leurs pièces de neige parfumée. Un matin, je surpris quand même l’ombre des plants bien taillés. Du lilas, des brassées de fleurs blanches envahissaient le bord des chemins; des parterres de pétales bleus, jaunes, des tapis d’herbe morte accompagnaient le sol des vendanges après l’hiver. Déjà des colonies d’abeilles faisaient frissonner le trèfle. Je découvris l’une de ces pierres bleues du pays, de belle taille, entre deux rangées de pieds de vigne. Pour quelle raison ne l’avait-on pas écartée ? L’idée qu’un regard l’eût placée là par goût, rien que par un plaisir rapprochant la terre du végétal, une couleur ancienne d’une autre, maintenant pleine de fraicheur, m‘indiqua un chemin plus profond que celui des apparences. Les images ne meurent pas. elles suivent le battement régulier de la terre. Plus haut, en allant vers la lisière des sapins puis la crête farouche des monts, les genêts n’avaient pas tout confié à la lumière. Leur poudre vive auraient pu masquer la chaleur qui s’abat sur le versant dès l’entrée de l’été. Je suivis un chemin ponctué de nouveaux massifs de fleurs blanches. Un aller retour, et l’horizon m’assura qu’ici, le mot de saison se fondait dans un moment à la fois présent et comme en dehors du souvenir, du futur. Je songeai à un passage de Noces à Tipasa d’Albert Camus : « …c’est bien ma vie que je joue ici, une vie à goût de pierre chaude, pleine des soupirs de la mer et des cigales qui commencent à chanter maintenant. La brise est fraiche et le ciel bleu. J’aime cette vie avec abandon et veux en parler avec liberté: elle me donne l’orgueil de ma condition d’homme.»

Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais
Noces en Beaujolais

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0

Publié le 4 Mai 2014

Livre d'artiste en deux exemplaires

Peintures de Mao Xiaolang

Poèmes en français de Régis Roux

Calligraphie romane de Régis Roux

Traduction de Madame Xiaolang

Calligraphie chinoise de Baolin Jin

Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.
Poésie, peinture et calligraphie; livre d'artiste.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #Livre-objet-livre d'artiste-poésie

Repost 0

Publié le 1 Mai 2014

La plante est profonde

Respiration qui se penche

Et le ciel s'arrête

Zen

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0