De l'inspiration

Publié le 31 Août 2013

Je ne sais trop comment cela commence mais à un moment, une envie profonde rejoint non pas une idée mais une image, une émotion; puis le temps et les conditions de l'écriture n'auront plus beaucoup d'importance : je pourrai travailler un peu n'importe quand, à condition que l'envie soit toujours vive. Donc je rencontre une image, une émotion, mais je ne prends jamais la moindre note. Le seul support à la mémoire se trouverait dans des photos ou alors des mots dits par d'autres. C'est ainsi que pour écrire "Le chemin des pays fossiles" j'ai visité un atelier de typographie, que pour "Sur une machine à écrire" (dans Questions posées au paysage) le peintre Henry Christiaën m'a décrit minutieusement sa machine à écrire. De même j'ai parcouru en tous sens les Causses avant d'écrite Terre lointaine. Cela signifie, on l'aura peut-être pressenti, que l'acte d'écrire suit celui de vivre, de rencontrer, d'éprouver, et qu'en fait l'ensemble est un chemin que creuse le poète. Parcours solitaire quand les mots apparaissent. Cependant rien n'existe en dehors de la lecture, d'une vision des choses à un moment rencontrée, qui rapproche l'homme de l'homme et aussi du monde. Il est vrai que l'univers minéral me parle en particulier. Ceci n'est qu'affaire d'imagination mais aussi d'amour d'un mystère plus grand que ce q'on appelle poésie.

De l'inspiration

Rédigé par Régis Roux

Repost 0
Commenter cet article