Publié le 6 Juin 2021

Rapproche le présent

De la source répétée

 

Mille vies dans la pierre

Déchiffrent ce qui unit

Des échos à quelque souffle

 

Mille surfaces plus dures

Lisent un horizon d'étoiles

 

Reprends le sens offert

Comme si aucun puits

Ne masquait sa profondeur

 

Rapproche le présent

De la source répétée

 

Photo de Régis Roux: page 1 d'un psautier de 1739 et galet découvert dans la Galaure en juin 2021.
Photo de Régis Roux: page 1 d'un psautier de 1739 et galet découvert dans la Galaure en juin 2021.

Photo de Régis Roux: page 1 d'un psautier de 1739 et galet découvert dans la Galaure en juin 2021.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 10 Mai 2021

L'ombre verte s'élance avec le ravin

 

Crête en déséquilibre

Dont les racines partagent

Des échos de falaises

 

Acreté jusqu'aux buis

 

Pas de piste sans labyrinthe

 

Là-haut défier les tours calcaires

Efface tout jardin

Offrant quelque serrure à ce qui glisse

 

Pyramide où le corps disparaît vite

 

Régis Roux; le 10 mai 2021.

" Le Néron", aquarelle de Chantal Roux; 1997/ 18X10cm; Collection particulière.)
" Le Néron", aquarelle de Chantal Roux; 1997/ 18X10cm; Collection particulière.)

" Le Néron", aquarelle de Chantal Roux; 1997/ 18X10cm; Collection particulière.)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 9 Mai 2021

Ce qui est remarquable dans la façon dont mère Geneviève traite la Communion, que ce soit dans la gouache à la scène double ou dans les numéros 78, 79 et 80 de La vie du petit Saint Placide, c'est -bien sûr on connaît déjà la virtuosité de son style !- la vitalité (et même l'humour) qu'elle met dans ses personnages. On sent le foyer o combien présent, hallucinant de l'hostie. Le corps du Christ se donne à l'homme et le caractère de Marcelle Gallois devenue mère Geneviève peint, dessine avec génie sa Vérité unique et éternelle ( voir livre du même titre.) Il convient d'ajouter que les mots écrits de la main de l'artiste pour accompagner les images sont tout aussi puissants, habités par un esprit profondément joyeux dans le sens où il devient capable de donner forme à quelque fête inouïe.

*

Trois postures pour la lumière

( d'après « Communion » de Mère Geneviève. Collection Blaise Alexandre.)

 

La flamme qu'attendent les mains commence avec une posture, piste intérieure et pourtant de chair sous les tissus. S'incliner, suivre déjà le souffle présente, en trois moments, une transformation de la silhouette. Mais pour qu'un tel soleil libère le regard, tout geste, un personnage montré de trois quart, de profil ou de dos devient quelque battement gagnant tout l'être : celui qui vit, qui s'engage en ce lieu depuis des années et dont les plis de son habit, masquant faussement les apparences d'autrefois, travaillent sans cesse autant de blessures que de vibrations vraiment joyeuses. Attente inclinée, pas fondus dans une ombre à l'encre si tendue vers quelque source à suivre encore, harmonie des lignes enfin retrouvée devant la main présentant ce rond sans limite, ce sont des moments consacrés à l'embrasement le plus profond. Mais quoi ! Lancerait-on, riche de ce que le monde multiplie entre ses paysages et le concert des hommes, quelle horloge différente bat, rien qu'en communiant ? Justement : au-dessus de bandes -esquisses de fenêtres pâles- de mouvements sombres qui murmurent à peine, des lettres prient pour que l'âme, unique source et rencontre, n'en finisse pas d'aimer le mystère de la lumière. Régis Roux ; le 9 mais 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

" Communion", Gouache de mère Geneviève ( H. Maertens ); dessins 78, 79 et 80 de " La Vie du petit Saint Placide" ( éditions Desclée de Brouwer; 1963.)
" Communion", Gouache de mère Geneviève ( H. Maertens ); dessins 78, 79 et 80 de " La Vie du petit Saint Placide" ( éditions Desclée de Brouwer; 1963.)
" Communion", Gouache de mère Geneviève ( H. Maertens ); dessins 78, 79 et 80 de " La Vie du petit Saint Placide" ( éditions Desclée de Brouwer; 1963.)
" Communion", Gouache de mère Geneviève ( H. Maertens ); dessins 78, 79 et 80 de " La Vie du petit Saint Placide" ( éditions Desclée de Brouwer; 1963.)

" Communion", Gouache de mère Geneviève ( H. Maertens ); dessins 78, 79 et 80 de " La Vie du petit Saint Placide" ( éditions Desclée de Brouwer; 1963.)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 5 Mai 2021

" Elévation" de Geneviève Gallois. Copyright: S. de Boisfleury.

" Elévation" de Geneviève Gallois. Copyright: S. de Boisfleury.

Aucun autel nu

Aucun corps

Son jumeau

N'approche l'astre

Tendu lui-même

Pourtant fils plus près

De ce qui fait la pierre

La chair et tout cristal

N'approche le point parfumé

Pour que le coeur crie

Royaume et foudre fidèles

A l'homme ici en fête

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 2 Mai 2021

Aquarelle de Chantal Roux peinte en 1997.
Aquarelle de Chantal Roux peinte en 1997.

Aquarelle de Chantal Roux peinte en 1997.

Le matin reste sur les branches

Dans l'herbe et ce qui monte vers des murs

 

Quelqu'un seul pour la dernière fois

 

Ce corps absent pour une chaise

 

Il faudra bien tout oublier

Là-bas juste en respirant

 

Tandis que le paysage imprimera son coeur

Comme si aucun geste

N'en avait jamais secoué les flammes

 

Régis Roux ; le 2 mai 2021 ; en rentrant du Grand Serre, quartier des Ecornets.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 16 Avril 2021

" Chamechaude, face sud "; aquarelle de Chantal Roux ( 11X18 cm)
" Chamechaude, face sud "; aquarelle de Chantal Roux ( 11X18 cm)
" Chamechaude, face sud "; aquarelle de Chantal Roux ( 11X18 cm)

" Chamechaude, face sud "; aquarelle de Chantal Roux ( 11X18 cm)

On fait le tour là-haut

Un jour bleu

Un autre si dur que rien ne franchit

Cette barrière de lois rocheuses

Défiant le regard

Et le souffle

 

Ni quelque distance intérieure amoureuse

 

Ni cet écho secret dans la falaise

 

On dit qu'on reviendra

Pour une aquarelle

Ou des mots

Jamais aussi présents

Qu'en étant seul

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 13 Avril 2021

Quel chardon ? Quel coeur ? ( photo de Régis Roux)

Quel chardon ? Quel coeur ? ( photo de Régis Roux)

 

5/ 7/ (5)

ou la concision de la terre au ciel

 

« 5, 7, 5 » ? C'est le nombre de syllabes par vers dans le poème japonais qu'on appelle « haïku » ; mais 5 entre parenthèses, c'est ce qui ne suit pas mon âge cette année... Eh oui j'ai cet âge qui colle aux deux premiers vers. C'est aussi ma longueur préférée en poésie. Alors je me suis dit que je pourrais - o privilège accordé par le temps depuis le … 5 avril ! … que j'aimerais saisir l'essentiel de ce qui me semble vécu, offert dans la vie ; et je ne pense pas avancer de belles images peintes pour mon ego. Sans le tout, que sommes-nous ?

Même si j'ai toujours désiré « voir au-delà des choses », la forme courte en poésie ne m'a pas éloigné du réel, de la passion vécue. J'entends par passion cet état où l'homme se débat entre plaisir et gouffre. Cependant, l'éveil procuré par la poésie n'a pas sa fin en lui-même. On vit alors un état comme hypnotique, certes, un état de vérité, mais dans quel but, au fond ? Peut-être qu'à 57 ans -surtout lorsque surviennent souvent des épisodes assez douloureux- les « passions » du monde sensible répètent (mais ne l'ont-elles pas fait depuis avant la naissance même?) rappellent qu'une voix dépasse la plus parfaite forme pourtant spirituelle de l'haïku : la reine du silence complice en Dieu. L'art en est une image, avec le coeur.

Chacun danse comme ce qui le hante le lui murmure depuis l'enfance. Chacun aime bien rire et partager, même si le Mal n'attend que l'occasion de briser jusqu'au scandale, jusqu'à l'injustice. On peut choisir de reconnaître Dieu -pourtant cela n'enlève rien à sa présence, et j'en suis désolé, chers aveugles- ou de se croire bien conscient, responsable, inondé de qualités -rien que ça !- mais l'orgueil et la vanité existent bien, hélas. Etre « humble » ne signifie pas repousser l'enthousiasme. L'humilité, par sa charnière inouïe qui ne dit pas son nom, permet d'accueillir plus grand que soi sans jamais renier le meilleur offert à chaque instant. Croit-on, enfin, que l'on puisse se passer de cet « accès total » à la conscience ? Il nous faut mourir, repasser en soi le royaume absolu des sens et de la grâce. L'inconscience abîme les traits les plus beaux. Je pense qu'il est très bon de bien sentir que rien n'est absurde, et que la « chance » n'existe pas. L'oiseau qui chante, la rivière qui n'en finit pas de travailler ses rives ne disent pas autre chose, et le regard de ceux qui nous aiment. Les aura-t-on bien reconnus ? Régis Roux ; le 13 avril 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 4 Avril 2021

Peinture sur toile de Henry Christiaën ( années 2000.)

Peinture sur toile de Henry Christiaën ( années 2000.)

Le linge et la pierre

 

La lumière

Laisse un visage

Pour qui entre

Et vit

O solitude

Quel tombeau sculptera

Si près du coeur

 

Sans que poussière

Ou vent des jours

Déforme l'être ?

 

La pierre brille

Avec ces fils

Traversant ton corps

 

Jusqu'au parfum

 

Dans l'espace à embrasser

 

Dans le miroir qui bat

 

                   Matin de Pâques 2021.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 3 Avril 2021

Henry Christiaën, CHEMIN DE CROIX, station XIII; Jésus est mis au tombeau  ( Eglise de Pradelles/ Haute-Loire)
Henry Christiaën, CHEMIN DE CROIX, station XIII; Jésus est mis au tombeau  ( Eglise de Pradelles/ Haute-Loire)

Henry Christiaën, CHEMIN DE CROIX, station XIII; Jésus est mis au tombeau ( Eglise de Pradelles/ Haute-Loire)

Nicodème  ( ... ) vint lui aussi; il apportait un mélange de myrrhe et d'aloès pesant environ cent livres. Ils prirent donc le corps de Jésus, qu'ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d'ensevelir les morts. Evangile selon Saint Jean; 19, 39-40.

 

13

Jésus est mis au tombeau

 

+

 

Désert

Qui brille

 

Aveugle une face

Et le linge

 

Sommeil gravé dans ce qui semble impossible

 

Un compagnon sur le chemin reviendra

 

Sa fête en lui

 

L'espace offert aux lèvres

 

Pour la fin des temps

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0

Publié le 3 Avril 2021

Henry Christiaën, CHEMIN DE CROIX, station XII  ( église de Pradelles/ Haute-Loire)
Henry Christiaën, CHEMIN DE CROIX, station XII  ( église de Pradelles/ Haute-Loire)

Henry Christiaën, CHEMIN DE CROIX, station XII ( église de Pradelles/ Haute-Loire)

Près de la croix de Jésus se tenait sa mère  ( ... )  Après cela, Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Evangile selon Saint Jean; 19, 25.38

 

 

12

Jésus est rendu à sa mère

 

+

 

Elle a vu l'histoire vivre en dépit des étoiles

 

Les plaies ne brilleront jamais autant qu'avec ses larmes

 

Où gît le souffle

Depuis l'enfant ?

 

Des bras bercent l'absence impossible

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Roux

Repost0