Philae/Tchouri : les origines du poème

Publié le 13 Novembre 2014



La comète au bout du monde est blanche est grise


Une aube avant les pistes éclairées de l’horizon


Son voyage rencontré se tient sur le seuil de la parole


Dis-nous comment l’eau se transforme
Tisse des arbres jusqu’à l’automne
Crée le miroir du sang
Comment la poussière tourne avec la terre
Devient blancheur l’hiver
Son cœur en feu bien au centre


Dis-vous comment le galet que l’on prend dans la main te ressemble


Car le robot Philae te photographie au nom de l’âme
Comète Tchouri
Ombre effacée


Avec ton chant magnétique aux perles creuses
Tout au bout de nos yeux restés parmi les pluies folles de la planète
Les continents qui dérivent sans abandonner leur source

Tous nous prions lumière attendue


Nous aimons un sol nouveau





















la comète Tchouri photographiée de 12 novembre 2014 par le robot Philae et la sonde Rosetta
la comète Tchouri photographiée de 12 novembre 2014 par le robot Philae et la sonde Rosetta
la comète Tchouri photographiée de 12 novembre 2014 par le robot Philae et la sonde Rosetta

la comète Tchouri photographiée de 12 novembre 2014 par le robot Philae et la sonde Rosetta

Rédigé par Régis Roux

Publié dans #curiosités poétiques...

Repost 0
Commenter cet article